HISTOIRE DU DÉVELOPPEMENT

Le développement du vaisseau spatial qui allait devenir l’Hercules moderne a débuté au milieu du 28e siècle, au cours d’une période d’introspection particulièrement intense pour les dirigeants militaires de l’UEE. Soucieux de tirer les leçons de la dernière guerre, les commandants de l’UEE ont entrepris une analyse sans précédent de la deuxième guerre Tevarin, suivie d’une série de wargames simulés couvrant les principales batailles. Cet effort a notamment permis de mieux comprendre l’impact de la logistique de soutien sur la guerre interstellaire. Pendant les guerres Tevarin et avant, les opérations interplanétaires consistaient à établir une tête de pont initiale sur un monde hostile à l’aide de petites embarcations de débarquement lourdement blindées. Une fois la base établie, l’équipement plus lourd était acheminé à l’aide d’une colonne de soutien composée de cargos et de transporteurs qui n’étaient pas spécialement équipés pour le combat. L’analyse de cette pratique en action a montré qu’elle avait créé un point d’étranglement majeur qui avait retardé de manière significative les ressources nécessaires dans plusieurs cas. Non seulement le transport d’armes en caisses à bord de transports traditionnels ralentissait la capacité à déployer de l’artillerie plus lourde, des lance-missiles et des chars blindés, mais il limitait également leur portée immédiate une fois qu’ils étaient déployés. Même des succès comme la célèbre bataille de Koren Pass en 2605 ont été cités comme des exemples de situations où les pertes étaient dues à un manque de logistique : si l’UEE avait eu la capacité de transport nécessaire pour livrer des véhicules de combat directement depuis l’orbite, les pertes sur le terrain auraient pu être réduites de manière significative.

La solution, selon les chefs militaires, comporte deux volets. La première est d’ordre organisationnel. Afin de réduire les pertes de temps dues à la confusion entre les services, il a été décidé de mettre en place le commandement du transport stellaire de l’UEE, un cadre de soutien interservices destiné à mieux coordonner les ressources de l’UEEN chargées de fournir le personnel et le matériel nécessaires pour répondre aux besoins granulaires du champ de bataille de l’UEEA et de l’UEEM. Le second consistait à définir les spécifications d’un vaisseau spatial complet de soutien quantique au champ de bataille, capable de déployer des unités blindées et d’autres ressources sur divers terrains étrangers sous le feu de l’ennemi. Au lieu d’opérations amphibies axées sur l’établissement de bases de tir individuelles pour l’acheminement d’armes d’assaut plus lourdes, ce commandement et son vaisseau spatial théorique pourraient livrer des unités avancées directement sur les théâtres d’opérations. Ce plan s’avérerait incroyablement efficace et modifierait considérablement la forme des champs de bataille à l’échelle planétaire. En outre, ce nouveau vaisseau spatial pourrait être entretenu localement et être utilisé pour déplacer rapidement des ressources déjà déployées en cas d’évolution de la situation.

L’appel d’offres officiel a été lancé en 2814. Il s’agissait d’un grand vaisseau de transport bien protégé, capable de sauter, de soutenir des tirs d’artillerie concentrés et de déployer rapidement plusieurs véhicules blindés. Des propositions significatives ont été élaborées par Aegis Dynamics et Crusader Industries. Crusader, qui était alors l’un des principaux fabricants de transporteurs et de conversions industrielles associées, devait adapter son transporteur de classe Jupiter aux opérations de combat. Aegis devait quant à elle développer un concept sur mesure répondant aux besoins de l’UEEN. De manière inattendue, c’est le contraire qui s’est produit : Aegis a proposé d’adapter des cargos militaires existants en les dotant d’un blindage et de tourelles défensives, tandis que Crusader a élaboré une proposition beaucoup plus coûteuse visant à créer un concept entièrement nouveau qui deviendrait finalement le transporteur stellaire Hercules. Bien que la proposition de Crusader soit trois fois plus coûteuse que la conversion d’Aegis, le sentiment était qu’une réorganisation aussi importante de la doctrine tactique serait mieux soutenue par un vaisseau spatial entièrement nouveau. L’armée a décidé d’investir, malgré le coût de développement d’un tel système et les inévitables problèmes d’organisation qui accompagneraient son adoption. C’est ainsi que Crusader Industries a lancé un programme de quatre ans pour développer son premier vaisseau spatial de soutien militaire.

La première unité active de transport stellaire a été formée en mai 2821 avec une douzaine de vaisseaux spatiaux de premier modèle (officiellement désignés sous le nom de « M2 Hercules »). Lors des premiers exercices d’entraînement, le nouveau vaisseau a parfaitement fonctionné. Capable d’encaisser des tirs soutenus et de déployer un char ou une voiture blindée en quelques minutes, l’Hercule répondait aux requis de l’armée et même plus. Cependant, le déploiement du Hercules a été retardé en raison de la difficulté d’intégrer le nouveau commandement interservices, les personnes concernées devant faire face à une bureaucratie importante pour permettre à ces nouveaux processus de supplanter la chaîne de soutien qui avait fait ses preuves. Néanmoins, la sagesse de cette décision est apparue clairement en mars 2824 lors du premier déploiement actif du système Hercules, lorsque les forces armées de l’UEE ont été appelées à maîtriser un groupe de pirates lourdement armés situé sur un monde frontalier près de la frontière Xi’an. Au lieu d’attaquer le site depuis l’orbite, les planificateurs ont estimé qu’il valait la peine de capturer les ressources intactes afin de poursuivre les opérations de lutte contre la piraterie ailleurs. Deux escadrons Hercules, escortés par des chasseurs de soutien de l’espace lointain, ont discrètement déployé des troupes et une colonne blindée qui ont vaincu les forces criminelles stupéfaites en peu de temps. La bataille, que l’on pensait particulièrement périlleuse, a été remportée sans perte de personnel de l’UEE et les informations recueillies ont permis de détruire deux avant-postes pirates et un petit vaisseau capital.

Au fur et à mesure que l’utilisation du Crusader starlifter se normalisait, il est rapidement devenu le favori des soldats et des équipes au sol. L’expérience des Crusader en matière de transport spatial civil leur a permis de comprendre comment construire un vaisseau spatial destiné à faciliter la maintenance. En outre, l’apparence robuste et blindée de l’Hercules a rassuré les soldats et les marines, qui l’ont associée à des déploiements plus sûrs. La vue d’un Hercules sur le champ de bataille signifiait inévitablement la livraison de fournitures supplémentaires ou de renforts. En l’espace de vingt ans, le Commandement des transports stellaires a mis en place dans tout l’empire des structures organisationnelles permettant le déplacement rapide d’Hercules vers n’importe quel champ de bataille situé à moins d’un saut d’un système stellaire actuellement peuplé. Plusieurs unités de transporteurs stellaires sont maintenues en état d’alerte dans l’Empire, déjà chargées de chars et de lance-missiles et associées à des troupes d’opérations spéciales qui peuvent être utilisées pour faire face à des situations qui évoluent rapidement.

Au fil des décennies, Crusader a continué à mettre à jour et à améliorer la conception originale de l’Hercules et a réalisé un profit considérable en améliorant la flotte et en produisant des kits de mise à jour pour le champ de bataille. Ce dévouement constant à la modernisation de la flotte a été fortement soutenu par le Starlift Command et a permis à des exemplaires individuels de rester en service bien au-delà de leur retraite prévue. En 2948, un nombre important de coques d’Hercules de première et de deuxième génération étaient encore exploitées grâce à ces processus de maintenance étendus. De même, Crusader a continué à appliquer à la gamme Hercules son processus de conception « cadre et rôle » mis au point pour la construction des Starliner, ce qui a permis la création rapide d’un certain nombre de variantes spécifiques à un rôle, notamment des ravitailleurs, des navires de soutien pour les blindés lourds et des transporteurs d’informations. La philosophie de Crusader permet de créer rapidement des variantes en fonction des besoins, sans perturber les chaînes de production existantes. Cela a permis de construire des Hercules spécifiques en fonction des besoins et de les retirer du service tout aussi rapidement. L’une de ces variantes est devenue un élément important de l’inventaire de l’UEEN : l’A2 est un vaisseau de combat lourd spécialisé qui adapte le blindage lourd de l’Hercules et d’autres systèmes défensifs à un rôle de combat plus soutenu et qui utilise la grande capacité de chargement du modèle pour le stockage des munitions. L’Hercule A2 est désormais construit sur sa propre chaîne de fabrication et a fait l’objet de nombreuses opérations de combat contre les forces planétaires.

En 2940, Crusader a surpris l’industrie aérospatiale en annonçant le développement de la première variante civile autonome du Hercules, le C2. Longtemps considérée comme un vaisseau spatial réservé aux militaires, cette décision était d’autant plus inattendue que les usines de Crusader n’avaient pas la capacité immédiate de produire plus que les Hercules déjà réquisitionnés par l’armée. Pour produire le C2, il faudrait ouvrir trois nouvelles lignes de production d’Hercules. Crusader, cependant, a considéré qu’il s’agissait moins d’un pari, estimant que même si l’intérêt pour un Hercule civilisé n’était pas immédiatement apparent, l’investissement serait finalement utile lorsque la demande militaire augmenterait face à l’intensification du conflit avec les Vanduul. Le design du C2 Hercules abandonne une partie du blindage et du matériel spécialisé du type militaire de la génération actuelle en échange d’une amélioration générale de la cargaison. Destinée officiellement aux problèmes frontaliers, la variante C2 a été positionnée comme un moyen pour les planètes aux infrastructures moins développées de déplacer rapidement des véhicules d’un endroit à l’autre. Dans son étude d’exemple, Crusader a imaginé une société minière cherchant à réaffecter des équipements lourds sur des sites autour d’une planète nouvellement explorée afin d’utiliser les concessions avant que des sauteurs sans licence ne puissent s’y installer. La démarche s’est avérée fructueuse : les organisations civiles ont rapidement adopté la conception robuste du vaisseau spatial et les entreprises partenaires se sont réjouies de disposer d’un vaisseau à la lignée si bien développée et d’un appareil de soutien existant. Outre les mineurs et les explorateurs, le C2 Hercules s’est rapidement avéré populaire auprès des milices désireuses de déplacer de petits vaisseaux spatiaux et des véhicules terrestres d’un endroit à l’autre sur des mondes individuels

Source : Whitley’s Guide – Hercules [Anglais]

Article précédentProgramme de la semaine du 15 mai 2024
Article suivantRoadmap Roundup – 15 mai 2024

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici