Chapitre 3 : Opération Oberon


Avec la récente tendance aux défaites militaires, le Haut-Commandement savait que l’UEE était en train de perdre la deuxième guerre de Tevarin. Les guérillas de Corath’Thal se sont révélées trop agiles et insaisissables pour la lourde machine de guerre militaire, et ont forcé les civils à payer le plus lourd tribut. Désespérant de renverser la vapeur, les responsables de la marine ont rencontré les fabricants de vaisseaux spatiaux et ont proposé des contrats lucratifs pour la technologie qui pourrait surmonter les boucliers phalanges améliorés des Tevarins. L’UEE a placé des milliers de nouveaux capteurs de proximité dans les systèmes à haut risque pour tenter de suivre les forces Tevarin itinérantes et, suivant l’exemple de Brême, a travaillé avec le Sénat pour légiférer la création de milices locales pour patrouiller et protéger leurs systèmes d’origine. Alors que l’armée et la marine se démènent pour contrer la stratégie réussie des Tevarin, elles ont au moins un objectif clair. Pendant ce temps, les Marines luttent pour définir leur rôle dans la guerre. Leurs difficultés, cependant, ne proviennent pas exclusivement de l’ennemi.

L’armée, toujours blessée par le retrait des Marines de sa structure de commandement des décennies plus tôt, soutient qu’ils sont les mieux placés pour combattre les Tevarin sur terre, et fait référence à plusieurs reprises à leur victoire au col de Koren comme preuve. En conséquence, le haut commandement confie l’exécution de tous les engagements et opérations terrestres à l’armée de terre. Pendant ce temps, la Marine refusait de fournir à la petite flotte des Marines de nouveaux chasseurs, prétextant que leurs pilotes de combat en avaient besoin, et assignait souvent des vaisseaux anciens et dépassés pour emmener les Marines au combat. Même les effectifs des Marines s’avéraient difficiles à remplir. L’armée de terre et la marine avaient compris qu’une force de Marines en pleine ascension les priverait de ressources et de talents, et se sont donc âprement battues contre le droit des Marines à recruter des soldats de haut niveau dans leurs rangs. Les deux branches travaillaient à contrecœur avec les Marines, mais restaient déterminées à prouver qu’ils étaient les principaux défenseurs de l’Empire.

Ce conflit sur le rôle des Marines a atteint son paroxysme à la mi-avril 2605 lorsque des rapports en provenance d’Oberon ont décrit une attaque sur Uriel qui n’était pas une opération classique de type  » hit-and-run « . Une force Tevarin avait capturé une zone d’atterrissage assez importante et les gardiens qui l’accompagnaient près d’une raffinerie de carburant quantique. Jusque là, les Tevarin avaient renoncé à établir des bases terrestres pour garder leurs forces mobiles. Les responsables militaires craignent que cela signifie que les Tevarin soient entrés dans la phase suivante de leur stratégie de guerre, qui pourrait les voir prendre des terres à l’humanité et utiliser l’infrastructure existante pour établir des points de réapprovisionnement. Un tel point en Oberon pourrait être utilisé pour faciliter les attaques sur Véga et les principaux producteurs de nourriture de l’UEE à Brême. Le pire serait que le Tevarin se glisse à travers Brême et entre dans la ligne Perry. Les stratèges militaires considèrent qu’une alliance entre Tevarin et Xi’an est un scénario catastrophe pour l’humanité qu’il faut éviter à tout prix.

Pourtant, lorsque le général Russ Adachi présente au commandement de la flotte conjointe un plan d’attaque de la base Tevarin sur Uriel, les dirigeants de l’armée et de la marine s’opposent à l’opération. Uriel n’est pas revendiqué et les responsables de l’armée et de la marine estiment que les ressources limitées de la guerre ne devraient être déployées que pour défendre les systèmes de l’UEE. En outre, ils estimaient que l’occupation était une feinte évidente, conçue pour attirer les forces de l’UEE. En présentant la proposition au Haut Commandement, le général Adachi a souligné l’importance stratégique de priver les Tevarin d’un refuge sûr à proximité de l’espace de l’UEE et de protéger l’humanité de l’agression des Tevarin sur tous les fronts. Il craint qu’ignorer Oberon ne fasse qu’encourager les Tevarin à prendre plus de systèmes.

Lorsque le Haut Commandement a donné la priorité à l’élimination de la base Tevarin, l’Armée et la Marine ont fait valoir que leur force combinée serait plus efficace que les Marines seuls. Les modèles de projection de l’attaque proposée ont montré qu’un engagement à grande échelle des forces de l’armée et de la marine entraînerait des pertes considérables et la destruction d’un nombre important de navires. Pour aggraver les choses, la mobilisation des forces pour l’assaut laisserait d’autres zones de l’Empire vulnérables à une contre-attaque. Le Haut Commandement a soigneusement analysé les données recueillies et a décidé d’une frappe chirurgicale, ouvrant la voie aux Marines pour montrer aux Tevarin ce qu’ils étaient.

Les Marines sont prêts à relever le défi. Les forces spéciales du 1er bataillon de combat des Marines s’entraînaient depuis des semaines lorsque la nouvelle est tombée que le Haut Commandement avait autorisé l’opération Oberon. En préparation, ils se sont entraînés à un style de combat avancé qui pourrait neutraliser la fameuse expertise au corps à corps des soldats d’élite de Tevarin, et ont utilisé des schémas et des scans pour construire une réplique des warrens de la zone d’atterrissage sur Corin. Désormais officiels, ils s’entraînèrent sans relâche à l’assaut avant d’embarquer dans un transport secret de la Navy à destination d’Oberon.

Les Marines savaient qu’ils seraient dépassés en nombre et en armement, ils devaient donc se rendre sur la planète sans alerter les Tevarin. Cela impliquait d’attendre plusieurs jours jusqu’à ce que les conditions météorologiques offrent une couverture suffisante pour le déploiement de « Nails » afin de livrer rapidement et secrètement les troupes sur la planète. Les Marines ont passé plusieurs jours d’attente anxieuse à bord d’un vaisseau à Vega jusqu’à ce qu’ils reçoivent, au milieu de la nuit, l’information que les conditions étaient bonnes. Leur transport est parti pour Oberon, en évitant prudemment les patrouilles de Tevarin qui tournent autour de la planète.

Aux premières heures du 24 juin 2605, des commandos de Marines se sont posés sur Uriel près d’une enceinte de maintenance déclassée qui donnait accès aux tunnels souterrains reliés à la raffinerie de carburant quantique. Les Marines pensaient que l’élimination de l’importance stratégique de l’installation pousserait les Tevarin à abandonner la zone d’atterrissage. Ils se sont donc dirigés vers la salle de contrôle de la raffinerie avec l’intention de la détruire.

La première étape de la mission s’est déroulée comme prévu. Les Marines évitent soigneusement tout engagement jusqu’à ce qu’ils entrent dans la salle de contrôle et tuent tous les Tevarin qui s’y trouvent. Alors qu’ils posaient des explosifs, un contingent de soldats Tevarin s’est approché et a engagé les Marines. La fusillade qui s’ensuit et le nombre croissant de troupes Tevarin empêchent les Marines de poser les dernières charges. Ne voyant aucune alternative, ils ont eu recours à une stratégie de démolition improvisée dans leur fuite.

Les Marines se sont précipités à travers les tunnels vers leur point d’exfiltration secondaire, supposant que leur point d’entrée initial avait été compromis. Ils ont réussi à atteindre le bord de la planète, mais ont été informés que les vaisseaux Tevarin avaient engagé et chassé leur vaisseau de sauvetage. Ils étaient maintenant bloqués.

Remplis d’incertitude quant au succès de leur mission et ne sachant pas s’ils quitteront un jour Uriel, les Marines s’enfuient à travers les montagnes enneigées qui entourent la zone d’atterrissage. Ainsi commença un voyage épique et souvent incroyable à travers un terrain difficile avec des forces Tevarin mieux approvisionnées qui les talonnaient. Lorsque les analystes militaires ont été informés de la situation, ils ont estimé leurs chances de survie à 3,8 %. Comme le Général Adachi l’a dit, « Ils n’ont évidemment jamais rencontré mes Marines. »

Il avait raison. En dépit des risques extrêmes, cet incroyable voyage à travers les montagnes d’Uriel est devenu légendaire et a incité des générations de jeunes soldats à s’engager. Pourtant, la vérité sur ce qui s’est réellement passé est encore plus incroyable que ce que les histoires pourraient vous faire croire.

Article original en anglais

Auteur

Article précédentSynthèse : AMA événements dynamiques
Article suivantSynthèse : tout sur le gameplay médical de la 3.15

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici