« La meilleure défense d’un système viendra toujours de ses résidents ».

Bryce Balewa a défendu ce point pendant des années avant de devenir l’un des principaux partisans de la Force de défense civile (CDF), une milice de volontaires à laquelle l’armée de l’UEE et l’Advocacy font appel pour apporter leur soutien en temps de crise. Jusqu’à la création de la CDF dans le cadre de l’Initiative de mobilisation militaire (MMI), la plupart des milices locales et des individus concernés trouvaient si difficile de coordonner les efforts de sécurité ou de secours avec les forces de l’UEE qu’ils ne s’en souciaient même pas. Au lieu de cela, ils ont organisé leurs propres efforts et se sont fréquemment disputés avec les forces de l’Empire au sujet de la juridiction et de l’étendue de leurs droits. Heureusement, la CDF a mis au point un moyen de coordonner le soutien avec les forces locales afin de fournir une réponse plus rapide et plus solide aux problèmes de sécurité graves dans un système. Qu’il s’agisse de défendre les voies de navigation contre les raids de groupes de hors-la-loi de plus en plus agressifs ou de porter secours aux personnes touchées par des catastrophes naturelles, le CDF s’est rapidement avéré être un élément vital de la sécurité des systèmes, et Balewa aurait aimé qu’il existe lorsqu’il était encore agent de l’Advocacy à Ferron.

L’agent spécial en charge (SAC) Bryce Balewa a été affecté au système Ferron pendant plus de dix ans. Il a vu les syndicats du crime accroître leur influence et leur autorité en profitant de l’infrastructure en ruine du système, de l’inefficacité des forces de l’ordre locales et du sous-financement de l’Advocacy. Sachant qu’il faudrait plus que quelques arrestations pour faire la différence, il a passé son temps à cultiver des pistes et à gagner la confiance de sources bien placées capables de lui fournir de précieux renseignements. En 2941, le SAC Balewa a rédigé un rapport détaillé décrivant les effets dévastateurs sur l’économie et la sécurité qu’aurait la poursuite des activités des syndicats du crime sur Ferron. Ainsi, lorsqu’il a entendu que les Voiders prévoyaient d’établir une base sur Ferron afin de développer de manière significative leur empire criminel, il savait exactement à quel point cela serait désastreux.

Le SAC Balewa a confirmé la rumeur auprès de plusieurs sources et a reçu des détails supplémentaires sur le projet des Voiders d’envahir une station spatiale Gold Horizon désaffectée. Il s’est empressé de rédiger une demande de forces supplémentaires pour protéger la station spatiale hors service et l’a envoyée à la chaîne de commandement de l’Advocacy, mais elle a été refusée car trop coûteuse et dangereuse. Le SAC Balewa a compris que la défense de la station était vitale pour la sécurité à long terme du système et qu’elle serait extrêmement difficile avec ses forces actuelles, compte tenu des rapports de force qu’il avait reçus sur les Voiders. Il a fait appel au chef de section (SC) de Ferron, Jolena Hurley, pour lui permettre de coordonner avec les forces de la milice locale pour repousser l’attaque. Les forces de l’ordre locales de Ferron manquant cruellement de personnel et de fonds, les milices locales du système étaient souvent une option plus importante et mieux équipée. Le SC Hurley était d’accord, mais a fait remarquer que la politique actuelle exigeait que toute personne aidant directement ou recevant des renseignements de l’Advocacy soit contrôlée et vérifiée par le quartier général sur Terre. Au lieu de se préparer à l’attaque et d’élaborer des stratégies avec ses contacts locaux, le SAC Balewa a été contraint de filtrer les locaux, ce qui lui a fait perdre énormément de temps, avant de recevoir l’information que les Voiders étaient déjà dans l’écosystème et que l’invasion de la station spatiale avait commencé.

Une petite force d’Advocacy dirigée par le SAC Balewa s’est précipitée vers la station spatiale. L’attaque étant officiellement lancée, il a contacté les forces de l’ordre locales pour leur demander de l’aide, mais une action stratégique de leurre menée par une petite force des Voiders de l’autre côté du système les a fait s’engager. Incapable d’organiser officiellement une réponse avec les milices locales, SAC Balewa a conduit sa petite force à la station seulement pour se confronter avec une forte résistance. Les Voiders ont eu le temps d’établir un périmètre et de prendre le contrôle des tourelles de la station pour cibler l’Advocacy. La force du SAC Balewa a subi plusieurs pertes avant d’être obligée de battre en retraite. Furieux des pertes en vies humaines et du manque de soutien institutionnel de l’Advocacy à tous les niveaux, le SAC Balewa a immédiatement présenté sa lettre de démission et a contacté ses contacts locaux pour voir comment il pouvait aider.

MEILLEURS ENSEMBLES

Balewa a passé les mois suivants à travailler avec les forces locales de Ferron sur les moyens de freiner l’influence grandissante des Voiders, mais sans grand résultat. Cette expérience, combinée à sa connaissance approfondie de l’Advocacy, l’a convaincu qu’un partenariat solide et de confiance entre non seulement les forces de sécurité locales, l’Advocacy et la Marine, mais aussi des individus qualifiés, serait la meilleure option de sécurité pour le système. En 2944, Balewa a prononcé un discours au sommet de la sécurité civile sur ce sujet précis et a été approché après par Amanda Xiang, une éminente avocate et militante des droits des milices. Autour d’un verre dans le hall d’un hôtel, ils deviennent rapidement amis. Elles ont réalisé que leurs expériences et leurs approches étaient différentes, mais que leur objectif ultime était le même : assurer la sécurité des systèmes pour les civils et le commerce. Cette nuit-là, ils ont décidé d’unir leurs forces et l’idée de la Civilian Defense Force est née.

Née et élevée à Brême, Amanda Xiang a vu de ses propres yeux comment une milice locale forte, comme la Force de défense de Brême (BDF), pouvait être bénéfique pour la sécurité d’un système. Elle a rejoint la BDF pendant ses études universitaires et, après avoir obtenu son diplôme, s’est consacrée à la protection et à l’élargissement des droits des milices à Brême et dans toute l’UEE. Avant de rencontrer Balewa, les relations politiques étroites de Xiang et son expertise en matière de lois sur les milices lui ont valu une place importante en tant que consultante en sécurité sur l’initiative de mobilisation des milices (MMI), une législation destinée à rationaliser la vente de vaisseaux militaires à des civils. Cependant, Xiang était convaincue que la MMI pouvait être bien plus que cela et elle a fait pression pour que la législation comprenne une section officialisant un partenariat entre l’Advocacy, la Navy et les forces civiles volontaires. Ses années en tant que membre actif de la BDF lui ont fait découvrir le problème sous un autre angle. L’association a souvent rejeté les offres du BDF de soutenir ses opérations ou s’est disputée sur la manière exacte dont il pouvait aider sans interférer dans les affaires officielles de l’association. Désormais, avec un ancien agent de l’Advocacy dans son camp, elle pouvait s’appuyer sur les vastes connaissances institutionnelles de Balewa pour élaborer un plan sensé pour les deux parties.

Ensemble, Balewa et Xiang ont rédigé une proposition visant à créer une force de défense civile (FDC) afin que les habitants, de manière indépendante ou dans le cadre d’une milice, puissent être rapidement députés en tant que responsables provisoires de l’application de la loi en cas d’urgence. Il ne s’agirait pas d’une force permanente, mais d’une force à laquelle on ferait appel en cas de besoin. Xiang s’est occupé des obstacles juridiques, tandis que Balewa l’a façonné de manière à ne pas compromettre les sources d’approvisionnement ou la souveraineté. Alors que Xiang se concentrait uniquement sur la manière dont les milices et les civils pouvaient être appelés à aider à défendre leur système, Balewa a fait pression pour élargir le champ d’action des CDF afin d’y inclure l’aide aux causes humanitaires et d’attirer un soutien politique plus large. Bien que leur proposition ait rapidement trouvé la faveur de plusieurs sénateurs, elle devait passer devant la commission de la défense du Sénat avant d’être ajoutée à la MMI. Balewa et Xiang n’étaient pas certains d’avoir les voix nécessaires lorsque la commission s’est réunie pour débattre de la question et ont été surpris de voir le directeur de l’Advocacy, Thomas Carmody, et non l’un de ses adjoints, apparaître pour exprimer la position de l’Advocacy. Bien que les transcriptions de la session à huis clos soient restées scellées, le directeur Carmody aurait exprimé plusieurs préoccupations. Des sources proches du directeur Carmody affirment qu’il n’aimait pas la politique mais, avec des taux de criminalité en hausse et le budget de l’Advocacy gelé en raison de la coûteuse guerre contre les Vanduul, il n’avait pas d’autres options pour aider ses agents sur le terrain. Lorsque le comité a accepté d’ajuster la politique sur la base de ses recommandations, l’Advocacy l’a officiellement approuvée, ouvrant la voie à la création de la force de défense civile en janvier 2947.

FORCE DE SOUTIEN

Après des mois de planification intensive, le premier appel officiel à l’aide de la Force de défense civile a été lancé pour évacuer les habitants de Tangaroa (Helios II) des zones menacées par une activité volcanique soudaine et intense. À ce jour, elle a été invoquée près de 50 fois pour rallier les civils afin de défendre les voies de navigation de Hadur contre les attaques, livrer des denrées alimentaires aux personnes touchées par la famine de Fora, etc. Malgré de nombreux succès, les détracteurs du programme affirment que le processus de vérification des civils est trop indulgent et les chasseurs de primes soutiennent que le programme inonde les secteurs à haut risque de civils non formés et non préparés, ce qui aggrave souvent la situation.

Bien que Balewa et Xiang conviennent que certains aspects du CDF peuvent être améliorés, ils restent énergiques et optimistes quant à son avenir. Ils pensent que l’Empire devrait s’appuyer sur davantage de partenariats publics et privés qui impliquent directement les gens dans son avenir. Selon eux, le CDF accroît l’engagement civique et est devenu un phare de la capacité des gens à surmonter l’adversité lorsqu’ils travaillent ensemble.

Auteur

Article précédentProgramme de la semaine du 10 janvier 2022
Article suivantProgramme de la semaine du 17 janvier 2022

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici