Bataille de Fabela

Le 15 août 2825, un clan Vanduul a attaqué la colonie Caliban de Fabela. Le public a estimé que la bataille qui a suivi était une victoire pour l’UEE en raison de la couverture médiatique sensationnelle, comme le titre de la Terra Gazette «La Marine à elle seule arrête l’attaque des vanduul». Lorsque Newsorgs a afflué vers la colonie minière éloignée et oubliée depuis longtemps, tout ce qu’ils ont montré était des images de gravats fumants et des interviews avec des habitants qui étaient résolument résolus à reconstruire. Pendant ce temps, des représentants du gouvernement sont apparus sur spectrum, attribuant cette victoire face à la menace Vanduul à leur changement de politique stratégique. La bataille de Fabela est arrivée à un moment opportun pour l’UEE. Moins d’un siècle plus tôt, des millions de personnes avaient fui Orion, Tibre et Virgile alors que les Vanduul avaient impitoyablement conquis le territoire et tué quiconque sur leur chemin. À la suite du renversement des Messers, l’Imperator Toi et le Sénat ont changé les priorités de l’armée en diminuant la réduction au silence des dissidents politiques pour plutot renforcer la défense le long de la frontière de Vanduul. Des avant-postes et des équipements militaires avancés sont rapidement apparus dans les villes et les colonies de Caliban, Elysium et Vega. Ces atouts ont aidé à la défense de Fabela, mais la version publique de l’histoire racontée autour de la bataille ne correspondait pas aux faits sur le terrain. Pris entre la perception du public et la réalité, Paul Barlow, le seul Marine de son équipe à avoir survecu est devenu un héros et a été présenté à travers tout l’Empire. Au fil des années, la bataille de Fabela est passée de la conscience publique à la légende. Lorsque la presse a retrouvé Barlow pour un commentaire à la suite de la chute de Caliban en 2884, le héros vivant le plus célèbre de la Marine a fait une confession stupéfiante – qu’il avait menti à propos de la bataille de Fabela sous la pression d’officiers supérieurs. Dans une interview explosive au New United, Barlow s’est décrit comme « pas de putain de héros, juste un survivant qui lutte pour vivre dans ma propre ombre ».

Un bon mensonge

L’histoire «officielle» largement rapportée a commencé avec Barlow qui a miraculeusement survécu au bombardement initial des Vanduuls. Il se libéra de sous les décombres et se précipita vers une Anvil Ballista pour envoyer un message de détresse. Alors que les bombardiers Vanduul tournaient pour une autre approche, Barlow a utilisé le Ballista pour détruire plusieurs cibles. Barlow a réussi à survivre au deuxième assaut, donc lorsque les vaisseaux Vanduul restants sont revenus d’une direction différente, ils ont connu un sort similaire. Les renforts de l’UEE sont arrivés peu de temps après et ont rapporté qu’un Marine avait vaincu tout un escadron Vanduul. Des reporters embarqués ont rapidement diffusé cette version de l’histoire, chacun désireux d’avoir le récit exclusif des événements. Après ses aveux des décennies plus tard, Barlow a travaillé avec la journaliste Melania Andrieux sur un livre qui juxtaposait le récit «officiel» avec sa version des événements. Dans «A Good Lie», Barlow a révélé la vérité qui le hantait depuis des décennies. Il a affirmé que la nuit de l’attaque avait commencé comme une autre. La plupart des membres de son équipe avaient été relevé par la troisième équipe de nuit et s’étaient rassemblés dans la caserne pour boire et jouer à Trigger. En tant que Marine au rang le plus bas, Barlow a été commandé de la bière. Il a trébuché en état d’ébriété vers le petit magasin général de la colonie lorsqu’un bruit effrayant a transpercé le ciel nocturne. Quelques secondes plus tard, les bombardiers Vanduul ont réduit le port spatial de Fabela et ses infrastructures militaires à l’état de décombres. Barlow se dégagea de quelque épave, alors que la poussière et les débris tourbillonnaient le faisaient tousser férocement. L’histoire officielle c’est détournée de la réalité au moment où Barlow s’est rendu compte que lui seul pouvait sauver la colonie. En réalité, Barlow s’est enfui de peur vers la mine, espérant se cacher à l’intérieur jusqu’à la fin de l’attaque. Barlow a couru jusqu’à ce qu’il entre dans une petite clairière près de la mine, où il a trouvé Ignacio Assaf, l’homme que Barlow considérait comme le véritable héros de la bataille de Fabela.

Le héros oublié

Ancien mineur qui gagnait sa vie en récupérant du vieux matériel, Assaf avait été blessé par des éclats d’obus lors du bombardement initial des Vanduul, mais était déterminé à faire tout ce qu’il pouvait pour arrêter les envahisseurs. Il avait formulé un plan lorsque Barlow ivre, sale et choqué est arrivé à la recherche d’un endroit où se cacher. Assaf a calmé Barlow et l’a convaincu d’utiliser son autorisation militaire pour accéder à un Balista proche qui attendait une maintenance. Stocké à l’écart du dépôt principal, c’était l’un des seuls équipements militaires non détruits lors de l’attaque. Les deux montèrent à l’intérieur; Barlow a sauté dans le siège du conducteur pour envoyer un message de détresse, tandis qu’Assaf a pris le siège du tireur. Lors de l’approche suivante des Vanduuls, Assaf a gravement touché le bombardier Void qui avait causé la majeure partie des ravages. Les Vanduuls restants se séparèrent et changèrent de tactique, décalant leur attaque de différentes directions. Assaf a tiré le plus vite possible, abattant l’autre bombardier et deux Scythes avant que le Ballista ne soit à court de missiles. Une fois les munitions dépensées, Barlow a poussé Assaf, blessé, hors du Ballista et vers la mine, certain que les Vanduul le détruiraient lors de leur prochain survol. Ils étaient entre le Ballista et la mine quand le bruit des vaisseaux approchant remplit le ciel. Barlow croyait qu’ils étaient morts, mais au lieu de cela, il fut surpris et soulagé de voir un escadron de la Marine intercepter les assaillants. C’est à ce moment-là que les renforts ont rapporté avoir vu des vaisseaux Vanduul détruits répartis sur le champ de bataille et un Marine les appelants en bas. Malheureusement, leur arrivée était trop tardive pour Assaf, qui a succombé aux blessures causées par les éclats d’obus. Ce n’est qu’une fois que Barlow fit entièrement son rapport que ses supérieurs prirent conscience de ce qui s’était passé. Au lieu de publier une correction aux divers organes de presse, ils ont décidé de faire correspondre à leur avantage les gros titres sensationnels. Les Marines l’ont exhorté à rationaliser les événements et à éviter les détails embarrassants sous peine de faire face à une éventuelle cour martiale. Le jeune Marine accepta leur plan, estimant qu’il s’agissait d’un «bon mensonge» et dans le meilleur intérêt de l’Empire – une décision qui le hanta pour le reste de sa vie. Aujourd’hui, un brouillard de guerre existe autour de la bataille de Fabela. Les révélations de Barlow ont brièvement stupéfié l’empire, mais n’ont jamais remplacé l’histoire ancrée dans la conscience publique. Les Marines ont maintenu leur version des événements et ont refusé de commenter ses allégations. Une enquête officielle sur ses allégations n’a jamais eu lieu. Pendant ce temps, Barlow a consacré le reste de sa vie à aider les anciens combattants souffrant de TSPT. La famille d’Assaf a reçu tous les bénéfices de son livre, qui comprenait la dédicace suivante: «Bien que l’histoire puisse vous oublier, je ne le ferai jamais.»

Auteur

  • Rédacteur en chef pour WormHole Tribune : À travers ce journal, nous souhaitons parler de tous les sujets liés à l’univers de Star Citizen. Bien qu’il couvre l’actualité autour du développement, sa vocation réelle est surtout de couvrir le contenu créé par les joueurs eux-mêmes : conflits, politique, diplomatie, guerres de territoires.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici