COMMANDE INITIALE

Les premières livraisons de vaisseaux de classe Terrapin U4A-3 Block I ont commencé le 19 septembre 2796. Les premières unités formaient le noyau de la 198e Escadre de soutien et d’utilité nouvellement créée (devise : ” Nous te couvrons “) lors d’un transfert officiel à MacArthur. Dans le cadre de la réorganisation militaire progressive prévue par l’Empire Uni de la Terre, les éléments de la 198ème escadre ont été détachés auprès des flottes actives dès qu’ils étaient disponibles, ce qui a permis aux Terrapins nouvellement créés d’entrer rapidement en action. En effet, la première mise à l’épreuve du modèle a eu lieu deux mois seulement après son introduction, lorsqu’un seul Terrapin a abattu un chasseur mercenaire dans le cadre d’une opération d’interdiction de stupéfiants au large de Castra. Le Terrapin s’est très facilement installé dans son rôle d’opération de la flotte, se révélant efficace en tant que vaisseau de soutien, véhicule blindé de transport de troupes et, lorsqu’il était appelé, en tant que plate-forme de combat. Les planificateurs militaires ont été extrêmement satisfaits de la facilité d’adoption du Terrapin et l’ont fréquemment cité comme preuve du succès de l’initiative du “nouveau modèle de marine” de l’ère post-Messer.

ADOPTION PAR LA MARINE

La commande initiale de Terrapin par la Marine a été rapidement suivie d’une deuxième demande de taille similaire de la part des Marines de l’UEE. Bien que le Terrapin soit dépourvu des canons lourds utilisés par les vaisseaux de largage spécialisés, son blindage protecteur et ses capacités de balayage améliorées en font un véhicule blindé idéal pour le transport de troupes. Les APC Terrapin se sont rapidement imposés dans les convois et les missions d’interdiction à petite échelle. C’est un Terrapin de l’UEE qui a localisé puis abordé le paquebot Astoria lors du détournement de l’année 2820. (Le Terrapin d’abordage lui-même a été détruit lors de l’explosion qui a suivi, mais son équipage a survécu, ainsi que l’équipage et les passagers qu’ils ont aidé à mettre en sécurité). On dit que les Marines préfèrent voyager à bord des petits Terrapins lorsque c’est possible, leurs systèmes plus avancés offrant une conduite beaucoup plus douce (bien que plus exiguë) que les vaisseaux de transport traditionnels. Les Terrapins sont également devenus populaires pour les opérations de débarquement “en toute sécurité” : en général, tout débarquement où il ne sera pas confronté à plus que des tirs d’armes légères. Une rumeur persiste selon laquelle l’UEEM utilise un Terrapin “furtif amélioré” de technologie avancée pour des opérations d’abordage secrètes ; ce vaisseau n’a jamais été aperçu et son existence a été fermement démentie par Anvil et l’armée.

VERSIONS ULTÉRIEURES

Les unités de reconnaissance et d’exploration ont commencé à adopter le Terrapin cinq ans après son lancement en tant que vaisseau utilitaire blindé, mais cette adoption a été plus difficile que le lancement initial. Les pilotes de reconnaissance, habitués à des vaisseaux légers et incroyablement rapides qui privilégient la vitesse au blindage pour échapper aux problèmes, étaient rebutés par la nature opposée du Terrapin. Cela a changé en un seul incident : on dit que le vaisseau a été “rentabilisé” en 2814 lorsqu’un vaisseau de reconnaissance piloté par le commandant Bruce Dunbar a réussi à suivre un groupe de Vanduul à travers quatre systèmes sans être identifié. Les informations tactiques recueillies lors de la mission ont contribué à former des éléments importants de la compréhension stratégique moderne des Vanduul ; l’interception et la destruction du groupe de raiders par des éléments de la Neuvième Flotte ont également constitué une grande victoire en termes de relations publiques pour l’UEE. Dans les trois années qui ont suivi l’incident, chaque unité de reconnaissance de première ligne a reçu au moins un Terrapin (et son équipage).

Le principal inconvénient des premiers Terrapin était la difficulté de la gestion de la puissance, qui exigeait qu’un pilote se familiarise particulièrement avec la conception afin de l’utiliser le plus efficacement possible. Avec de multiples configurations de vol, dont certaines modifient considérablement la géométrie en orbite, la difficulté de “maîtriser” le Terrapin est devenue évidente. Les modèles ultérieurs faciliteront cette tâche, en adaptant les astuces développées par les premiers pilotes pour gérer un ensemble de capacités aussi inhabituelles. Anvil Aerospace a commencé à commercialiser la version modifiée de l’U4A-3 Block II en juillet 2845, avec des kits de mise à niveau du champ de bataille permettant de convertir les modèles Block I existants au cours des 24 mois suivants. La transition vers l’U4A-3 Block II est le résultat d’un examen massif des expériences des pilotes au cours du demi-siècle précédent ; des milliers de pilotes de Terrapin, anciens et actuels, ont été interrogés et d’innombrables heures de combat et de vol ont été examinées dans le cadre du processus d’amélioration. La principale conclusion de ce processus était que la durabilité du vaisseau le rendrait idéal pour les rôles exploratoires qu’il n’avait pas encore remplis. En conséquence, les modèles du bloc I ont abandonné la tourelle à menton télécommandée, largement inutilisée, et ont été dotés de batteries étendues, d’un meilleur blindage et d’une suite de capteurs capables de collecter et de stocker plus de données que ce qui serait normalement nécessaire pour un vaisseau spatial d’appui-feu. Bien que ces changements n’aient pas fait l’objet d’un appel d’offres formel, la Marine en a rapidement perçu l’intérêt et a commencé à acheter des Terrapins spécifiquement pour des missions de services exploratoires.

LA POLYVALENCE EN ACTION

Bien que le service actif du Terrapin comprenne de longues périodes de temps de paix, il s’agit d’un modèle qui est considéré comme très demandé en toutes circonstances. L’amiral Vos Kant a déclaré qu’en raison des capacités multirôles du Terrapin, il n’y avait aucun autre vaisseau spatial qu’il aurait préféré avoir en position d’attente. En effet, les pilotes de Terrapin se sont rapidement habitués à ne pas se contenter d’un simple “score” : les escadrons auxiliaires et de soutien accordent généralement la même importance au nombre de missions effectuées, au nombre de sauvetages réalisés ou au nombre d’opérations d’abordage menées. Les escadrons d’exploration rivalisent en termes de données brutes téléchargées. Dans tous ces domaines, le Terrapin est devenu un recordman ; un Terrapin détient actuellement le record des “sauvetages vivants”, c’est-à-dire des sauvetages d’humains qui ont été exposés au vide pur.

Les Terrapin ont été parmi les premiers vaisseaux spatiaux envoyés dans le cadre du projet Synthworld. Ce projet de construction massive a tellement sollicité les ressources de la Marine qu’au début du 30e siècle, on estimait que trois Terrapin sur cinq avaient été affectés à cet effort à un moment donné de leur service. En plus de leurs fonctions d’APC et de S&R, de nombreuses tentatives ont été faites pour les modifier en vue du transport de minerai à petite échelle et de l’analyse minérale. Ces efforts de modification n’ont pas été couronnés de succès, bien qu’un patch de projet Synthworld bien connu montre un Terrapin anthropomorphe portant une pelle et un seau. Les Terrapin orientés vers la construction ont reçu une peinture jaune et noire distincte à cette époque, qui est encore souvent associée à cet effort.

En 2910, le Terrapin est devenu un nom familier inattendu après avoir joué un rôle principal dans une vidéo populaire. To the Stars, partiellement financée par le bureau de l’Empire chargé de l’aide aux civils, mettait en scène un groupe d’humains à bord d’un Terrapin violet et orange peint de façon criarde et affectueusement nommé Maxwell. Le Terrapin était “joué” par un modèle U4A-3 Block II en service actif prêté par la Marine, nominalement affecté à l’UEEN Declan Smith. Qualifié dès le début de “vilain petit bout”, le vaisseau spatial finit par sauver la situation et devient un foyer pour son équipage d’explorateurs. L’omniprésence du film et la popularité de l’engin spatial personnifié ont suscité un bref engouement, plusieurs entreprises produisant des produits dérivés sur le thème du Terrapin pour une population civile avide. Après le tournage, Maxwell a été remis en service, mais a finalement été donné au musée aérospatial Garber, où il a été restauré pour retrouver son apparence de tournage et est maintenant exposé en permanence.

U4A-3 BLOCK III ET DÉPLOIEMENT ACTUEL

Le modèle “moderne” U4A-3 Block III a été présenté en 2899, avec (entre autres) des améliorations des points d’ancrage des armes et un certain nombre de surfaces de contrôle. Le modèle Block III officialise également une ” astuce ” utilisée depuis longtemps par les pilotes de Terrapin, à savoir la possibilité de libérer de l’énergie en changeant de mode de vol. Bien qu’aucune option de mise à niveau sur le champ de bataille n’ait été créée, les cellules spatiales Block III ont désormais entièrement remplacé le modèle Block II. Ces dernières années, le Terrapin a complété son histoire de combat, les batailles avec les Vanduul étant devenues plus importantes et plus courantes. Lors d’un engagement remarquable en 2944, un vol de six chasseurs Scythe est tombé sur un quatuor de Terrapin opérant en mode furtif avec des systèmes bas, dans le cadre d’une observation d’entraînement. Avec leurs faibles émissions, les équipages des Terrapin ont passé huit minutes terrifiantes à éviter d’être détectés avant d’être finalement en mesure de renverser la situation et de prendre le dessus sur les Vanduul. Le vol de l’UEEN a subi des dommages mais n’a perdu aucun vaisseau, tandis que cinq des six Scythes ont été détruits. Les images des caméras n’ont pas permis de déterminer le sort du sixième, mais on considère qu’il a probablement été tué.

C’est également au tournant du siècle que les civils ont commencé à utiliser plus largement les Terrapins ; la Marine a fait l’acquisition de milliers de Block II dans le cadre de la transition, puis a commencé à faire la rotation des Block III selon un cycle de quinze ans. Le programme civil de remise à neuf, géré par Anvil à partir d’une installation de déclassement dédiée à Nova Kiev, met les anciens Terrapin à la disposition des entreprises et des utilisateurs individuels. ArkJen a été la première grande société à adopter les Terrapins en masse, adaptant les capacités de reconnaissance des vaisseaux à leur travail d’enquête traditionnel. Parmi les opérateurs civils dignes d’intérêt aujourd’hui, citons Meridian Transport, où les Terrapin sont utilisés pour des sauts planétaires de haute sécurité, et le GRUT, où ils sont devenus indispensables aux missions de recherche et de sauvetage.

Les propriétaires individuels de Terrapin sont également devenus extrêmement nombreux ces dernières années, avec des milliers de vaisseaux inscrits au registre officiel. Les propriétaires/opérateurs les considèrent comme un investissement judicieux, même d’occasion : un vaisseau spatial solide capable de remplir de nombreux rôles essentiels et courants, tout en étant suffisamment robuste pour s’adapter à une galaxie en constante évolution.

source : Whitley’s Guide – Terrapin [Anglais]

Auteur

Article précédentCalendrier 2023 de sortie des articles du Lore Star Citizen
Article suivantProgramme de la semaine du 9 janvier 2023

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici