Daisy Wences : Bienvenue dans la seule émission qui décrit aussi ce que vous faites en ce moment. C’est Spectrum Spectator ! Je suis Daisy Wences.

Lars Gonall : Et je suis Lars Gonall. Ensemble, nous regardons ce qui est nouveau et digne d’intérêt sur spectrum pour que vous sachiez ce qui vaut la peine d’être regardé.
Daisy Wences : Et ce qui vous donnera envie de vous coller les yeux, comme je l’ai ressenti après avoir regardé l’une des vidéos de cette semaine.

Lars Gonall : Avant de passer à la vidéo qui a poussé Daisy à remettre en question ses choix de vie, nous avons une nouvelle concernant Kid Empire.
Daisy Wences : Une émission qui pose la question essentielle : si on les laisse faire, quel genre de société les enfants créeraient-ils ?

Lars Gonall : Il s’avère que ce serait une société qui ne pourrait pas survivre à quelques jours de mauvais temps. La production de la série a été suspendue après que des pluies torrentielles aient créé des conditions dangereuses pour les acteurs. Ce qui est plutôt un argument faible si vous voulez mon avis. De mon temps, les enfants stars de la télé-réalité n’avaient pas peur d’être emportés par de dangereux riptides.
Daisy Wences : Cela n’a probablement pas aidé que dans l’épisode de la semaine dernière, les enfants aient choisi des boulettes de pâte TipTop comme récompense au lieu d’un multi tools avec des bidons de CMR pour boucher tous les trous de leur abri.

Lars Gonall : Kid Empire est constamment la chose la plus choquante et la plus surprenante que je regarde, et je serai damné si je n’en aime pas chaque seconde. Bien que je doive admettre que je ne suis pas sûr qu’il soit légal de mettre des enfants dans certaines de ces circonstances. Le truc du générateur de gravité la semaine dernière était assez intense.
Daisy Wences : Oh, j’ai rencontré quelqu’un qui travaille dessus et j’ai eu un petit aperçu de leur processus. Disons qu’ils adorent les parents qui sont prêts à signer une décharge de responsabilité pour donner à leur enfant une chance d’être célèbre.

Lars Gonall : Eh bien, ça me donne envie de pleurer. Récapituler les épisodes de Kid Empire pour cette émission est littéralement le point culminant de ma semaine. Nous allons quand même récapituler l’épisode de cette semaine plus tard dans l’émission mais nous allons mettre les futures critiques en attente jusqu’à ce que la production soit de nouveau opérationnelle.
Daisy Wences : Mais attendez, ne vous aventurez nulle part avant d’avoir discuté de la vidéo de propagande de premier ordre que nous avons regardée cette semaine.

Lars Gonall : Woah maintenant, c’est une caractérisation un peu dure de CitizenCon : A Celebration, le nouveau spécial de SSN/CAtv qui compile les meilleurs et les plus mémorables moments de la CitizenCon du dernier siècle et demi.
Daisy Wences : Ce qui m’amène à mon premier problème avec cette vidéo. Où sont tous les moments forts de l’ère Messer ? Puisqu’ils ont créé la CitizenCon moderne comme un outil de recrutement militaire, il doit y avoir, au moins, un flyby massif qu’ils auraient pu utiliser pour représenter cette époque.

Lars Gonall : Pour être juste, la vidéo n’est pas censée être une leçon d’histoire, elle essaie clairement d’exciter les gens pour le salon de cette année. Je dois admettre que ça a marché sur moi. J’ai beaucoup apprécié.
Daisy Wences : Et j’en ai parlé pendant une bonne heure lors de notre réunion d’avant-spectacle, ce qui m’a fait réaliser qu’une partie de la raison pour laquelle la vidéo m’a tant excitée est qu’elle est divertissante. Certains de ces clips m’ont fait plus rire que tout ce que j’avais vu depuis des mois.

Lars Gonall : Ce sont des segments des concours de talents de “Star Citizen” tant décriés du début des années 2850.
Daisy Wences : J’ai adoré le fait que la vidéo s’appuie totalement sur cette réputation en montrant des choses comme le type qui n’arrive pas à faire tenir toutes ces caisses de marchandises en équilibre sur sa tête, ainsi que des exploits vraiment impressionnants.

Lars Gonall : Que pensez-vous de ce segment de jonglage en zéro-g ?
Daisy Wences : Son timing et sa précision avec le rayon tracteur étaient incroyables. Je n’accomplirai jamais rien d’aussi impressionnant dans ma vie.

Lars Gonall : J’avais déjà vu la plupart de ces clips de concours de talents, mais il faut vraiment parcourir Spectrum pour les trouver, alors c’est génial de voir les meilleurs compilés ici et entièrement restaurés !
Daisy Wences : Oui, l’ensemble est superbe, en particulier les performances musicales. J’ai tellement poussé le volume à fond pendant la performance du Gaucho que mes oreilles sifflaient encore le lendemain. Ça en valait vraiment la peine.

Lars Gonall : Je suppose que la production a travaillé directement avec The Ark pour récupérer et restaurer les séquences pour la vidéo.
Daisy Wences : On voit qu’ils y ont mis beaucoup de soin et de réflexion, mais ça ne rend pas plus intéressants les discours qu’ils ont inclus.

Lars Gonall : Sérieusement ? Tu n’as aimé aucun d’entre eux ?
Daisy Wences : Snooze central. Chacun d’entre eux.

Lars Gonall : Pas même le fameux discours de l’Imperator Toi lors de la première CitizenCon post-Messer ?
Daisy Wences : J’ai dû mémoriser des parties de ce discours pour un projet scolaire. Maintenant, à chaque fois que je l’entends, mon cerveau fait des pieds et des mains pour se souvenir du mot suivant avant qu’elle ne le prononce.

Lars Gonall : C’est vraiment dommage. Ça m’énerve toujours à chaque fois. Ça et le discours de l’Imperator Salehi expliquant pourquoi nous devons construire Synthworld ont été les moments forts pour moi.
Daisy Wences : Je crois que ça me ramène à mon point de départ. La série inclut un grand nombre de ces discours politiques pour donner à la vidéo un sens de l’histoire et de la perspective, et alors qu’elle donne l’impression de ne pas avoir peur d’aborder des sujets sérieux, elle ne reconnaît pas les controverses liées à l’événement lui-même.

Lars Gonall : Je comprends, mais encore une fois, ce n’est pas vraiment ce type de vidéo.
Daisy Wences : C’est exactement pour cela que je l’ai qualifiée de propagande à moitié en plaisantant. La vidéo est seulement intéressée à présenter une vue très aseptisée et positive de CitizenCon. Je pense vraiment que ça aurait été beaucoup plus intéressant s’ils avaient aussi inclus des choses comme le discours de la sénatrice Amalie Ngo prônant l’indépendance de Terra qui a été coupé à cause de problèmes techniques bidons, ou quand ce groupe de manifestants a envahi la scène en 2911 pour prôner le suffrage universel ?

Lars Gonall : Je ne pense pas qu’il y ait quelque chose de mal à ce que cette vidéo recueille les moments agréables de la CitizenCon. Cela nous rappelle que l’événement est vraiment à propos de comment nous, le peuple, sommes ce qui rend cet Empire grand.
Daisy Wences : Tu veux dire les citoyens. Nous tous, civils, attendons toujours que l’Empire organise un événement pour célébrer nos contributions.

Lars Gonall : Vous savez, ce n’est pas aussi simple que ça. Le nom est destiné à inspirer les gens à devenir plus actifs et engagés dans l’Empire.
Daisy Wences : Eh bien, j’ai toujours eu l’impression d’être moins que les autres parce que je ne suis qu’une civile. Et je sais que c’est peut-être juste un truc de “moi” mais je voulais le reconnaître parce que je sais que je ne suis pas la seule à ressentir cela.

Lars Gonall : Donc pour conclure, j’ai vraiment apprécié CitizenCon : A Celebration. Ce n’était pas seulement divertissant mais ça m’a donné envie de participer à l’événement de cette année.
Daisy Wences : Et j’ai un peu aimé certaines des choses dans cette vidéo mais le mélange de ces discours politiques m’a vraiment frottée de la mauvaise façon. Ils étaient ennuyeux et me rappelaient sans cesse que l’événement célèbre les citoyens et non les simples civils.

Lars Gonall : Nous devons faire une petite pause, mais n’allez pas n’importe où car nous devons encore récapituler l’épisode de cette semaine de Kid Empire et spoiler, notre enfant préféré, Abdul, décide qu’utiliser un propulseur pour réchauffer des packs de ration est une bonne idée.
Daisy Wences : De plus, nous allons parler d’un nouveau type de talk-show qui va bientôt arriver sur le spectrum. Une émission qui sera diffusée en direct de Stanton depuis une Connie reconvertie, appelée The Only Constant. Nous prendrons des paris sur le temps qu’il faudra avant que le vaisseau ne rencontre des problèmes pendant la diffusion, et nous nous demanderons si l’attrait de l’émission réside en partie dans l’anticipation de ce qui pourrait mal tourner.

Lars Gonall : Un peu comme la façon dont je regarde la Murray Cup.
Daisy Wences : Spectrum Spectator sera de retour, juste après ça !

Auteur

Article précédentPromotions et récompenses des abonnés pour le mois d’octobre 2022
Article suivantStar Citizen : rapport mensuel de septembre 2022

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici