Fiables, efficaces et visuellement distinctes. Depuis 2921, la Lightning Bolt Company a créé une gamme unique d’armes autour de ces principes fondamentaux et s’est attiré une légion de clients fidèles dans tout l’Empire. Le succès de la société est généralement attribué à l’œil exigeant de la PDG Irina Arkadova. Si elle a tristement interrompu l’expédition de la première série de fusils Korolev après avoir été convaincue que la sécurité devait être déplacée de quelques millimètres pour offrir un meilleur temps de réponse à l’utilisateur, ces récits de méticulosité sont souvent éclipsés par des histoires plus scandaleuses.

« J’ai entendu beaucoup de choses intéressantes à mon sujet », a révélé Arkadova à Total Defense dans son numéro de juillet 2939, « Malheureusement, beaucoup trop peu d’entre elles sont vraies ». Cependant, bien qu’elle ait publiquement nié la véracité de ces histoires, certains pensent que la société Lightning Bolt Co. permet intentionnellement à ces histoires de se répandre dans un but de notoriété. Bien qu’Arkadova n’aime pas parler des détails, il y a une chose qu’elle admet librement : elle a tué des gens pour gagner sa vie.

Points forts

Avant de fonder la Lightning Bolt Company, Irina Arkadova dirigeait une force de sécurité privée à Odyssa, Magnus. Son équipe, triée sur le volet, s’est forgée une réputation dans le secteur de la protection des VIP, car elle était efficace mais prompte à envenimer les confrontations. Si la plupart des opérations de la société sont passées inaperçues, une mission tristement célèbre a été diffusée en direct dans tout le pays, les habitants d’Odyssa voyant Arkadova et son équipe défendre leurs clients contre une série d’attaques armées de plus en plus spectaculaires. À la suite de ce contrat très public et destructeur, les autorités d’Odyssa ont lancé une enquête approfondie sur les circonstances de l’attaque et ont découvert que les clients d’Arkadova étaient liés au célèbre Syndicat Otoni. Arkadova a affirmé que des accords de non-divulgation blindés l’empêchaient de révéler des informations sur ses clients ou sur l’attaque, de sorte que les autorités, sans véritable preuve, ont été contraintes de clore l’affaire.

« Oui, j’en ai entendu parler », a déclaré Arkadova à Total Defense lorsqu’on l’a interrogée sur les rumeurs d’un lien avec Otoni. « Si c’est vrai, alors j’ai de la chance d’être en vie. Travailler pour eux semble être un bon moyen de se faire des ennemis, et je ne suis pas si difficile à traquer. »

La seule opération dont Arkadova se soucie de discuter est celle qui a commencé son parcours pour devenir un fabricant d’armes. Au milieu d’une fusillade intense, Arkadova a vu avec horreur son nouveau fusil laser perdre de sa puissance alors qu’elle était coincée au sol. Elle a réussi à survivre grâce à un peu de chance et aux efforts de sauvetage rapides de son équipe. L’incident a profondément ébranlé Arkadova et lui a fait découvrir une question troublante : les personnes qui conçoivent ces armes les utilisent-elles réellement ?

Une fois sa colère retombée, Arkadova a démantelé avec curiosité l’arme défectueuse. Biagio Bhandari, un ami, un mercenaire et un ancien ingénieur de Drake, a diagnostiqué la panne pendant qu’Arkadova le questionnait. Bhandi a raconté plus tard : « Elle a tout remarqué. Pourquoi ce boulon est-il là ? Ne serait-il pas préférable que cette chose soit inversée ? Je me souviens avoir plaisanté en disant qu’elle aurait dû être ingénieur. Il s’avère que ce n’était pas vraiment une blague. » D’autres membres de l’équipe se sont joints à la discussion, échangeant des histoires sur des conceptions d’armes légendairement terribles et des accidents évités de justesse causés par des défaillances. Bien sûr, des entreprises comme Behring et Gemini avaient des consultants militaires et en sécurité dans leur personnel, mais combien de fois leur expérience correspondait-elle au chaos auquel le PMC devait faire face lors d’une opération typique ? Au cours de cette discussion, Mme Arkadova a pris conscience d’un aspect important de la conception des armes : savoir ce qu’il ne faut pas faire représente la moitié de la bataille.

Les détails sont importants

Avoir frôlé la la mort et la naissance de son premier enfant ont incité Arkadova à être plus sélective dans ses affectations. Lorsqu’elle n’est pas active, elle répare et modifie des armes, s’avère être une étudiante rapide qui étend rapidement son expertise aux armes de vaisseaux. Puis, en 2921, Bhandari l’a approchée avec l’idée qui a tout changé. Également inspiré par leur discussion, il avait conçu un nouveau canon à électrons. Bhandari a représenté la puissance crépitante de l’arme par quelques éclairs esquissés à la hâte. Arkadova a donc honoré cette touche artistique en nommant l’entreprise Lightning Bolt Company.

Pendant les quelques années qui suivent, Arkadova et Bhandari sont obsédés par le prototype. Arkadova décrit la version initiale comme « fonctionnelle mais peu impressionnante ». Elle a ajouté que « rien de ce qui s’y trouvait ne sortait de l’ordinaire ou n’était spécial, alors pourquoi investir de l’argent et du temps pour le fabriquer ? Ils ont donc abandonné le projet, pour y revenir quelques mois plus tard, après un regain d’inspiration. C’est ainsi qu’a débuté un processus itératif de cinq ans au cours duquel Bhandari a oscillé entre la colère et l’enthousiasme face à l’obsession d’Arkadova pour chaque détail. Arkadova consacrait tous les crédits supplémentaires qu’elle gagnait au développement de l’arme et participait souvent à des missions supplémentaires pendant les phases particulièrement coûteuses du processus afin de pouvoir joindre les deux bouts. Finalement, après avoir passé les tests de sécurité et obtenu la certification, ils avaient tout en main pour commencer à produire leur première série de canons à électrons Mayak, mais seulement assez d’argent pour fabriquer tout au plus quelques dizaines de modèles. Arkadova s’est tournée vers son équipe et leur a proposé des actions de la société en échange de capitaux. Ils ont presque tous contribué. Les crédits supplémentaires ont permis à la société de doubler sa production initiale.

Tenant à un fil financier, Arkadova a vendu la première série de canons à électrons Mayak grâce au bouche à oreille. La plupart sont allés à des amis et à d’agréables collègues mercenaires de Magnus. La réponse a été extrêmement positive et l’afflux de commandes a obligé Arkadova à cesser son activité de mercenaire pour se consacrer à plein temps à la fabrication d’armes. Cependant, Arkadova savait que son équipe comptait sur elle pour son travail et elle a insisté sur le fait qu’elle ne mettrait pas fin à son activité de mercenaire avant d’avoir pu embaucher et former toute son équipe pour des postes dans la nouvelle société.

Ce jour glorieux est arrivé en 2932. Ceux qui ne voulaient pas quitter la vie de mercenaire travaillaient pour l’Éclair à temps partiel ou partaient avec un paquet de soins considérable. Ceux qui restaient rencontraient Arkadova chaque semaine pour discuter des idées d’armes et des caractéristiques souhaitées. Arkadova a continué à être influencée par ces récits personnels d’utilisation sur le terrain, ce qui l’a notamment inspirée à ajouter une série d’évents activés par la chaleur le long du canon d’un fusil de sniper. Ce détail pratique, mais visuellement distinct, coïncide avec les améliorations apportées par Bhandari au système de refroidissement du dispositif qui génère la charge électronique. Ce sont ces deux avancées qui ont rendu possible le fusil de sniper Atkav.

L’Atkav, la première arme personnelle produite en masse par la Lightning Bolt Company, a été commercialisée avec des critiques élogieuses et de fortes ventes. L’arme est rapidement devenue la préférée des professionnels de la sécurité qui l’appréciaient pour son contrôle rapide et efficace des foules, grâce à un tir d’électrons chargés qui pouvait se propager aux cibles conductrices voisines. Le pistolet Yubarev, utilisant la même technologie d’électrons chargés, est arrivé l’année suivante et a cimenté la réputation actuelle de la société pour la production d’armes méticuleusement fabriquées, avant-gardistes et cool.

Certains experts de l’industrie de l’armement ont reproché à la Lightning Bolt Company de ne pas avoir pleinement exploité son potentiel, citant la lenteur du cycle de développement de la société et l’accent mis sur les caractéristiques préférées des professionnels de la sécurité, qui aliènent trop de personnes sur le marché civil. Arkadova ne semble pas se soucier de laisser de l’argent sur la table. Son objectif pour la Lightning Bolt Company a toujours été de payer correctement son équipe et de produire des armes fiables qu’ils utiliseraient réellement.

« Écoutez, je suis tellement casse-pieds pour les petites choses parce que j’ai été sous le feu de l’ennemi », a admis Mme Arkadova. « Et dans ces moments-là, seules deux choses comptent : les détails et la personne qui vous couvre. »

Auteur

  • Rédacteur en chef pour WormHole Tribune : À travers ce journal, nous souhaitons parler de tous les sujets liés à l’univers de Star Citizen. Bien qu’il couvre l’actualité autour du développement, sa vocation réelle est surtout de couvrir le contenu créé par les joueurs eux-mêmes : conflits, politique, diplomatie, guerres de territoires.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici