Le siege de Tiber (siege of tiber) a été initialement publiée dans le JumpPoint 9.6 de Juin 2021.

Note de Wormhole Tribune :

Ce récit relate un moment structurant dans l’histoire de Star Citizen dans le cadre de l’invasion des systèmes contrôlés par l’humanité par des Vanduul.
Il vous éclairera sur les stratégies militaire mise en place par l’UEE pour contenir la menace après la perte d’Orion et au regard du présent les erreurs qui ont pu être commises à l’époque par les deux amiraux qui se sont succédé.
Bien que vous pourriez être amenés a les juger durement à la lecture de ce récit de l’histoire, n’oubliez pas qu’ils n’avaient pas le niveau d’information et le reculs que nous avons aujourd’hui sur l’histoire. Ce sont justement ces défaites et ces pertes humaines qui ont justement permis à la connaissance humaine d’avancer et de progresser afin de mieux contrer ces menaces.


Fin du commentaire


Ayant duré de 2732 à 2736, le siège de Tiber est aujourd’hui commémoré pour la lutte héroïque de l’armée de l’UEE pour empêcher Vanduul d’envahir le système, et comme le plus long engagement de combat ininterrompu entre les deux forces jusqu’à ce moment-là.

Bien que Tiber soit finalement tombé aux mains des envahisseurs Vanduul l’armée de l’UEE ne considère pas la campagne comme une perte totale.
Une grande partie des connaissances acquises par l’humanité sur les stratégies et tactiques militaires vanduul ont été acquises durant ces quatre longues et sanglantes années de bataille.
Beaucoup considèrent que le premier contact de l’Humanité avec les Vanduul a eu lieu en 2681, lors de l’attaque de la colonie d’Armitage dans le système d’Orion, un prélude aux attaques sporadiques qui ont suivi au cours des décennies suivantes.
La brièveté et la férocité combinées de ces attaques ont souvent empêché l’UEE de recueillir des renseignements définitifs sur les Vanduul mais, en 2688,le célèbre anthropologue Dr. Arlow Gellis publia une étude révolutionnaire sur la dynamique sociale des Vanduul, intitulée “La théorie des clans”.

Le Dr Gellis affirmait que les forces vanduul n’étaient pas organisées sous un gouvernement conventionnel mais qu’elles étaient composées de clans de tailles et de puissances diverses, identifiables par les marques sur leurs vaisseaux.

Ces clans opéraient généralement indépendamment les uns des autres, mais s’alliaient parfois, comme lors de l’attaque coordonnée sur Orion en 2712, qui a finalement chassé l’humanité du système.


Après la défaite, les forces de l’UEE se sont repliées sur Tiber pour préparer une ligne défensive secondaire, mais les Vanduul n’ont pas suivi. Au lieu de cela, ils sont restés sur Orion, récoltant les ressources du système.

La marine de l’UEE a renforcé ses forces sur Tiber et a surveillé avec anxiété le saut vers Orion, certaine qu’une attaque était imminente. Certains historiens militaires ont même affirmé que la Marine a mené plusieurs expériences secrètes qui n’ont pas réussi à faire échouer le saut Tiber-Orion.

Puis, le 4 février 2726, un chasseur léger Vanduul (désignation militaire “Blade”) a été repéré dans le système. Les forces de la Marine se sont précipitées pour contenir le chasseur, mais il a fini par disparaître.

Peu de temps après, les Vanduul sont apparus en nombre croissant à la fin de l’année, des raids de petits clans ont eu lieu à une fréquence irrégulière semblables aux attaques sur Orion. Souvent, les mois passaient sans incident.

Ce modèle d’engagement a duré jusqu’au 19 avril 2732, lorsqu’un grand clan Vanduul est entré sur Tiber et a attaqué les forces de l’UEE qui surveillaient la zone immédiate autour du saut.

Lorsque des clans plus petits ont suivi de près et se sont joints au combat , les forces de l’UEE ont fui et ont cédé le contrôle du point de saut Tiber-Orion aux Vanduul.
Le siège de Tiber a officiellement commencé.

Une flotte en devenir


Le Haut-Commandant a assigné au Grand Amiral Tesca Halimeade la tâche peu enviable tâche peu enviable d’expulser les Vanduul de Tiber.

Alors qu’Halimeade en savait autant, sinon plus, sur les Vanduul que n’importe qui d’autre dans la Marine grâce à son étude approfondie des documents académiques et des rapports d’après-action, il a été considéré comme un choix controversé pour diriger la campagne. Ses connaissances approfondies connaissances étaient largement respectées, mais les critiques qualifiaient le Grand Amiral Halimeade comme un commandant “de classe” qui n’avait pas glané ses connaissances par l’expérience du combat.
Le Grand Amiral Halimeade a tout d’abord triplé le nombre de troupes gardant les sauts vers Virgil et Oberon. Puis il a amarré son vaisseau, l’UEES Aquilon, au plus grand chantier naval du système. le plus grand chantier naval du système, INS Aniene, pour défendre le saut vers Virgil. Il a gardé des vaisseaux capitaux amarrés à des stations spatiales stratégiques à travers Tiber tandis que de plus petites flottes patrouillaient comme des unités de guérilla.

Ces patrouilles ont reçu des instructions spécifiques instructions spécifiques sur quand engager et quand fuir les forces Vanduul. Les règles d’engagement variaient grandement en fonction de la taille de la force et de l’objectif, mais en pratique, la politique ne conseillait généralement d’attaquer que si la force navale était supérieure en nombre. Ridiculisé comme étant une stratégie de “fuite, pas d’attaque”, le Grand Amiral Grand Amiral Halimeade défendait sa position en affirmant qu’il sauvait des pilotes en les poussant en les poussant vers des engagements qu’ils pouvaient gagner.
Cette stratégie d’engagement prudente a permis aux Vanduul d’étendre lentement leur emprise sur le système. Au milieu de l’année 2733, Tiber II était devenu un champ de bataille féroce avec différents clans rivalisant pour contrôler les stations spatiales
et les avant-postes établis. Pourtant, la plupart des vaisseaux capitaux de l’UEE restaient amarrés dans des stations spatiales bien défendues, suscitant de vives critiques de la part d’autres généraux qui pensaient que les Vanduul s’étaient retranchés dans le système. Ce n’est qu’à l’adresse qu’en privé que le Grand Amiral Halimeade a révélé à ses conseillers la véritable
raison pour laquelle il n’engageait pas l’ensemble de ses forces contre les Vanduul.
Il gardait l’espoir que la diplomatie était le moyen de mettre fin à la guerre. “Ce dont j’ai besoin, c’est de renseignements et de temps pour trouver comment les atteindre (les Vanduul)”, écrivait-il à un confident “Si nous nous engageons pleinement dans la guerre, alors la guerre totale est la seule voie à suivre.”
Au début de l’année 2734, les Vanduul ont commencé à pousser plus agressivement sur Tiber II.
Des vidéos de moissonneuses Vanduul en train de dévorer Tiber II sont arrivées sur le spectrum et ont causé une agitation à travers l’empire. Sentant que leur maîtrise globale du système leur échapait, le Grand Amiral Halimeade a répondu en déployant finalement l’UEES Aquilon et un large contingent de forces de l’UEE près de la planète.

Les clans Vanduul, qui réclamaient un combat, se sont lancés avec empressement dans la bataille contre l’importante flotte. Cela a laissé les campements Vanduul légèrement gardés et a permis à léquipes d’attaque de l’UEE d’effectuer des bombardements aériens qui ont dévasté la plupart d’entre eux. Bien qu’il s’agisse d’une victoire, cela s’est également avéré être une provocation qui ne resterait pas sans réponse.

Les clans qui ont été dévastés par les bombardements aériens ont fui le système, tandis que d’autres arrivaient pour réclamer ce qui avait été abandonné.
Les rapports navals indiquent que le nombre de Vanduul a en fait augmenté après,les bombardements aériens de Tiber II. Le Grand Amiral Halimeade a dispersé ses vaisseaux capitaux pour essayer de répéter le succès. Il utilisait des vaisseaux comme
leurres pour attirer les clans et les poursuivre dans le système, tandis que les équipes frappent les cibles exposées par la distraction. Les renseignements recueillis et tactiques de combat testées pendant cette période ont permis aux militaires de mieux comprendre les Vanduul. La Marine a même récupéré plusieurs stations spatiales perdues stations spatiales perdues, mais cela s’est avéré être trop peu, trop tard.

En novembre 2735, les services de renseignement de la Marine ont été informés qu’un important clan Vanduul se rassemblant dans une partie inattendue du système. Le Grand Amiral Halimeade a rassemblé une petite force autour de l’UEES Aquilon et est allé évaluer la situation personnellement. Il a découvert que les Vanduul se déversaient par un point de saut inconnu jusqu’au système appelé Vector, à peu près au même endroit où le premier vaisseau de reconnaissance Vanduul avait disparu il y a des années.

Quelques instants après son arrivée, l’équipe de reconnaissance a été découverte et prise en embuscade. Les forces vanduul ont détruit l’UEES Aquilon, tuant tous ceux qui étaient à bord, y compris Halimeade. Les quelques vaisseaux survivants sont retournés à l’INS Aniene.

Une cause perdue


La perte du Grand Amiral Haliméade a mis la Marine en émoi le Haut-Commandant a nommé l’amiral Mira Triolo, un fervent critique de la stratégie d’engagement mesuré d’Halimeade, comme nouveau commandant à Tiber.
Le nouvel amiral a consolidé ses forces en une énorme flotte destinée à défier directement les Vanduul.

Sa première rencontre majeure s’est soldée par la la perte de milliers de starmen et de trois vaisseaux de classe capitale.

Sans se décourager, l’amiral Triolo a continué à affronter directement les Vanduul et, dans une démarche et, dans un geste qui serait par la suite très critiqué, a ordonné le redéploiement des renforts de Virgil pour renforcer son attaque.
En 2736, la guerre pour Tiber atteint son paroxysme. L’Imperator Galor Messer IX a personnellement ordonné une campagne massive de bombardements aériens sur Tiber II, convaincu que le contrôle de la planète permettrait de limiter la capacité des Vanduul à réapprovisionner leurs vaisseaux de guerre.

Au lieu de cela, il a transformé la planète en un terrain vague et lui a valu l’épithète de “Tombeau”.
Puis, le 29 décembre 2736, un vaisseau capital Vanduul de classe “Kingship” est arrivé d’Orion. Identifié comme l’un des clans les plus grands et les plus anciens qui avaient été documentés par l’armée, le vaisseau royal a mené une attaque sur l’INS
Aniene. Malgré une résistance courageuse, la moitié de toutes les forces de la Marine dans le système ont été perdues au cours de la bataille. Avec la ligne navale brisée et leurs navires en déroute, l’amiral Triolo a ordonné aux forces de se replier sur Virgil. L’amiral Triolo supposait que les Vanduul resteraient dans Tiber pour détruire le système, comme
comme ils l’ont fait dans Orion, mais les Vanduul les ont suivis. Ils ont pris le contrôle du point de saut Tiber-Virgil et ont envoyé des éclaireurs à travers le système. Seulement quelques jours plus tard, le 2 janvier 2737, une vaste flotte Vanduul a poussé dans
Virgil. L’amiral Triolo a réussi à ralentir son avance, gagnant un temps précieux pour couvrir la retraite de plus d’un million de réfugiés, mais Virgil est vite tombée. On se souvient du siège de Tiber comme d’une campagne militaire ratée pour sauver le système, mais beaucoup le considèrent comme un moment inestimable dans la guerre contre les Vanduul grâce aux leçons apprises pendant le siège qui sont toujours utilisées aujourd’hui.

Auteur

  • À travers ce journal, nous souhaitons parler de tous les sujets liés à l’univers de Star Citizen. Bien qu’il couvre l’actualité autour du développement, sa vocation réelle est surtout de couvrir le contenu créé par les joueurs eux-mêmes : conflits, politique, diplomatie, guerres de territoires.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici