« Vous n’avez pas le contrôle ici. » Cela a été dit environ huit fois au cours des deux dernières minutes, comme si je ne les avais pas entendus la première fois. Chaque fois, ils le ponctuaient d’un coup de canon à l’arrière de ma tête. Cela devenait un peu fatiguant.

La plupart des membres du bar se sont tranquillement dirigés vers la porte lorsque ces deux génies m’ont sauté dessus et ont pris mon arme. Certains ont même pris leur verre avec eux, en supposant que tout ce qu’ils n’ont pas vu ne durerait probablement pas trop longtemps.

Je ne les avais même pas bien regardés. Il y a deux minutes et demie, je m’installais, prêt à en attacher un. Cela faisait un long mois, secouer ce chasseur de primes de Garron était plus difficile que je ne le pensais. La prochaine fois, je devrais vraiment éviter les tracas de me faufiler dans son vaisseau et de déchirer son NavDrive et de lui tirer dessus.

Un autre coup de feu à l’arrière de ma tête. «Vous m’entendez Salassi?

«En fait, non, désolé. Pourriez-vous répéter cette dernière partie? Il a fait craquer la crosse du pistolet sur ma tête. J’ai touché le sol et roulé sur le côté, me donnant mon premier bon regard sur mes assaillants.

L’un était plus grand, plus large mais avait les tremblements d’un SLAM -junkie. Celui avec l’arme était maigre, nerveux et sifflant comme s’il avait du mal à respirer. Je ne les reconnaissais pas et cela m’inquiétait le plus. Il est utile de savoir pourquoi quelqu’un essaie de vous frapper.

«Vous pensez que c’est un jeu? Hein? » Dit Wheezy en secouant l’arme au visage.

«Tu n’as pas le contrôle, Salassi. Le grand Lunk a ajouté. «Tarsis a dit que tu lui appartenais maintenant.

Oh. Genevol Tarsis était, ou est (ne nous devançons pas) un homme d’affaires. Pour le public, fier citoyen et entrepreneur qui dirige plusieurs géo-corps mais en dehors des cercles légitimes, il dirige une vaste raquette d’armes. Il achètera ou vendra depuis ou vers n’importe quelle Civ de l’univers. J’avais pris une cargaison de pistolets Xi’An il y a un mois, mais j’ai dû l’abandonner pour éviter d’être étiquetée par la loi. Après cela, je me suis laissé distraire par le truc de la prime. J’aurais probablement dû lui faire savoir que sa marchandise était à la dérive.

« J’ai dit que tu devais faire amende honorable. » Dit Wheezy avant de faire une quinte de toux.

« Droite. » Je me suis redressé et j’ai pris une gorgée de mon verre. Wheezy m’a suivi avec le pistolet pendant que le Lunk attendait une excuse pour obtenir ces poings massifs de son vol. J’ai vérifié ma tête. Il sonnait une chorale mais ne semblait pas saigner.

« Bien. Voici ce que nous allons faire. Dis-je en me penchant sur mon tabouret.

«Tais-toi, Salassi, tu n’as pas le contrôle…» marmonna le Lunk d’un pas en avant, se plaçant entre Wheezy et moi. Entre moi et l’arme…

J’ai enfoncé la lame dans sa poitrine d’environ six pouces. Ce n’est presque même pas juste quand ils sont aussi stupides. Ils veulent frapper un mec et ne pas le caresser pour des armes supplémentaires? Les voyous ce stupide ont une date d’expiration très limitée. Tarsis devrait me remercier d’avoir aminci son bassin d’employés.

Les yeux du Lunk s’écarquillèrent. Ses doigts ont attrapé ma gorge et l’ont serrée. J’ai sorti le couteau et l’ai poignardé à nouveau. Wheezy a sauté et a cassé un tir. Me faisant la courtoisie de tirer sur son ami dans le dos. Les doigts se relâchèrent. Je tendis la main, attrapai le tabouret et le jetai sur Wheezy. Il le prit dans la mâchoire, l’envoyant se renverser d’un côté avec son arme à l’autre.

Lunk tomba à genoux alors que je dégageais ses doigts. J’ai pris Wheezy par la gorge et l’ai frappé conscient. J’ai placé la pointe de ma lame Vanduul contre sa gorge.

« Comme je le disais. Je sais que c’est moi qui ai tort ici, alors dis à Tarsis que je vais arranger les choses. Mais, »j’ai enfoncé le couteau dans sa gorge,« si je vois plus de ses larves, je vais les éviscérer lentement. Cela ressemblera à une miséricorde quand je viendrai pour lui. Dégager? »

Wheezy gazouilla, trop terrifié pour se déplacer contre la lame. Il respirait clairement pour la première fois.

« Bien. » Je l’ai laissé tomber et j’ai récupéré mon pistolet. «Vous voudrez peut-être amener votre ami sur une MedStation.»

L’un des clients du bar passa la tête dans la porte. Il jeta un rapide coup d’œil dans la pièce.

«Vous avez fini ici?»

«Ouais, c’est trié.» Ils ont commencé à rentrer et à récupérer leurs sièges, enjambant les deux voyous au sol. J’ai donné un dernier coup sur mon verre et me suis dirigé vers la porte.

Je suis sorti dans le Stretch. Le bruit de la rue principale massivement surpeuplée m’a frappé comme une vague. À l’époque, toutes ces orbitales étaient des zones de rassemblement pour les équipes de terraformation dans les systèmes, mais maintenant c’est un paradis pour les dégénérés, les commerçants noirs et les fugitifs. Mon peuple. Une vraie chute. Les gens pourraient dire la même chose de moi je suppose… mais je ne le recommanderais pas.

De retour aux affaires. Je dois trouver comment gagner de l’argent. Vite.

Source de l’article original en anglais

Auteur

Article précédentJournal de bord du capitaine Lexore : 26/04/2951
Article suivantUne loi à part : partie 6