En ce jour, nous ouvrons les archives de l’Arche pour jeter un coup d’oeil à un document historique important et unique. Pour célébrer le centenaire de l’Arche en 2901, l’empereur Xi’an Kr.ē a fait don à l’institution d’une lettre qu’il avait écrite avant sa rencontre secrète avec le sénateur de Terra Terrence Akari en 2789. L’Empereur Kr.ē a donné l’ordre à sa maison d’ouvrir la lettre et de la lire à l’Empire Xi’an seulement s’il ne revenait pas de cette dangereuse mission diplomatique dans l’espace de l’UEE. Heureusement, l’Empereur Kr.ē revint sain et sauf après avoir négocié ce que les humains appelleront le Traité Kr.ē/Akari. Cet accord symbolique mais vital allait jouer un rôle déterminant dans la fin de la guerre froide entre Xi’an et les humains et dans le renversement éventuel du régime Messer.

À son retour de Tohil, la lettre fut rendue à l’Empereur Kr.ē et resta en sa possession jusqu’à ce qu’elle soit remise à l’Arche. Avant que l’Empereur ne décachette et lise la lettre lors de la cérémonie célébrant le 100e anniversaire de l’Arche, il a déclaré que le partage de ce morceau d’histoire profondément personnel rappellerait, espérons-le, aux deux Empires le chemin parcouru et inspirerait une harmonie continue entre les espèces.

A tous les Xi’an, prenez garde


Selon les directives que j’ai données aux membres honorables et sages de ma Maison, la diffusion de cette lettre ne signifie qu’une seule et unique chose : la fin de mon règne et la descendance de la Maison Kr.ē. Ce décret marquera la fin du troisième âge impérial.

La Maison Kr.ē fournira les détails nécessaires de mes derniers instants lorsque les services de renseignement le jugeront approprié, mais je crois que les détails importent moins que les décisions que notre Empire sera forcé de prendre à la suite de mon décès. Récemment, j’ai entrepris un voyage secret dans l’espace humain pour finaliser un traité avec un chef de leur espèce qui, contrairement au dirigeant humain, semble être sage, raisonnable et un champion de la paix. Pendant des années, cet individu et moi avons correspondu sur ce que la paix entre nos deux espèces pourrait signifier et comment elle se manifesterait dans le monde réel et affecterait la vie quotidienne des deux parties. En arrosant la graine de la confiance, j’en suis venu à croire non seulement que ce futur pouvait exister, mais qu’il était de mon devoir de faire tout ce qui était en mon pouvoir pour qu’il existe. C’est pourquoi j’ai jugé bon de risquer ma vie pour m’aventurer dans l’espace humain à la recherche de la paix.

Bien que mon voyage se soit terminé là, loin de la maison de mes mères, je souhaite conseiller à mes camarades Xi’an de ne pas abandonner ce chemin de la paix. Quel que soit le sort qui m’a été réservé, aussi innocent ou traître qu’il puisse être, il n’est pas digne d’une guerre avec une espèce dont nous commençons seulement à bénéficier. Le temps que j’ai passé avec les Humains m’a amené à croire que nous pouvons leur trouver un usage favorable au futur de notre Empire.

Considérez une croissance de plantes épineuses. Si on ne la contrôle pas, elle peut envahir le jardin. Essayez de l’enlever, et le risque pour vous est grand. Si vous essayez de les détruire, la beauté qui les entoures sera également détruite. Cependant, si vous apprivoisez la croissance pour qu’elles fassent partie du jardin, leur danger peut être mis à profit.

Les humains ont découvert Hui sen Th.us’ūng l’année de ma naissance. J’ai grandi en regardant ma Maison gérer la diplomatie avec cette nouvelle espèce intéressante et animée. Enfant, j’ai assisté à suffisamment de dîners officiels avec des émissaires humains pour savoir quelle nourriture j’appréciais. En tant qu’héritier, j’ai pratiqué leur langue et étudié leurs coutumes. J’ai appris leur histoire et expérimenté leur art. J’ai même trouvé leur musique assez méditative.

Comparés à nous, les humains sont une espèce jeune, qui n’a découvert que récemment que l’univers n’est pas seulement le sien. Pourtant, ils ont développé des technologies spatiales d’une sophistication impressionnante et ont répandu leur culture diversifiée dans des dizaines de systèmes en moins de temps que notre premier âge impérial. Mon expérience avec eux m’a appris que les Humains débordent d’émotions, d’ambition et de désirs contradictoires. Ils peuvent agir de manière irrationnelle mais ils ne sont pas illogiques. Leur potentiel en tant qu’espèce est à la fois grand et terrible.

Depuis le premier contact, la Maison Kr.ē a gardé ses distances, mais est restée engagée. La diplomatie était difficile mais préférable à un conflit armé. Il semblait périlleux de sous-estimer leur capacité militaire ou leur volonté de l’utiliser. Les humains avaient déjà gagné deux guerres contre les Tevarin et il semblait y avoir beaucoup à apprendre d’eux et beaucoup de risques à les provoquer.

Cette stratégie de diplomatie distante a également laissé le temps à la Maison Kr.ē de produire un héritier qui pourrait poursuivre la dynastie. Alors que je m’élevais au rang d’Empereur et que la possibilité d’un tel successeur diminuait, je méditais sur la fin imminente de la dynastie impériale de la Maison Kr.ē. Je ne voulais surtout pas que le troisième âge impérial se termine alors que l’Empire guerroie contre un nouvel ennemi dangereux et imprévisible. D’autant plus que l’histoire nous a appris que la recherche de la prochaine lignée impériale peut être longue et compliquée. Pour ces raisons et d’autres, je me suis concentré sur la recherche d’un terrain d’entente, la promotion de la paix et la création d’un univers où les Xi’an peuvent prospérer grâce à leur proximité avec les Humains. Bien que je n’aie pas réussi, je crois toujours que la paix est notre meilleure option, et je prie pour que mes actions ne l’aient pas condamnée.

Aux Maisons qui proclameraient que notre sécurité réside dans la soumission des Humains, je rappelle que les cicatrices infligées par la bataille sont lentes à guérir. La victoire vient trop souvent avec un prix trop élevé. N’abandonnons pas complètement les leçons que nous avons durement gagnées lors des Guerres des Esprits.

Mon décès met officiellement fin au troisième âge impérial. Sans héritier légitime au trône, le dernier acte de la Maison Kr.ē sera d’administrer l’ascension de la nouvelle Maison qui dirigera notre peuple. J’espère que cette entreprise sacrée sera rapide, sans heurts, et fournira à l’Empire un leader fort et stable pour naviguer dans les défis à venir.

Comme dernier acte, je souhaite partager avec l’Empire entier le même conseil que je donnerais au prochain Empereur. Faites confiance à Li’tova pour vous guider et vous réconforter. Soyez bienveillant dans l’action, diplomate face à l’opposition, et sage face à l’inconnu. Enfin, rappelez-vous que l’inaction peut souvent être la meilleure action.

Ce fut un honneur incommensurable pour moi d’avoir servi l’Empire Xi’an en tant qu’Empereur. Longue vie à l’Empire de Xi’an

Empereur T.uēng Kr.ē
Gardien bienfaisant et juste du peuple Xi’an et protecteur de tous nos mondes.


Traduction avec l’aimable autorisation d’Ary Alfonso, qui a été l’archiviste Xi’an de l’Arche de 2887 à 2913.

Article original en anglais sur le site RSI

Auteur

  • Rédacteur en chef pour WormHole Tribune : À travers ce journal, nous souhaitons parler de tous les sujets liés à l’univers de Star Citizen. Bien qu’il couvre l’actualité autour du développement, sa vocation réelle est surtout de couvrir le contenu créé par les joueurs eux-mêmes : conflits, politique, diplomatie, guerres de territoires.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici