Concept phare de l’invictus launch Week, l’Anvil légionnaire est le tout nouveau drop ship proposé aux joueurs dans l’univers de Star Citizen.
Celui-ci se distingue entre autres par la capacité unique de pirater les portes d’amarrages des vaisseaux pour s’y amarrer sans autorisation et ainsi embarquer sur un vaisseau ennemi.
Lisez ci-après pour plus de détails sur ce nouveau vaisseau !

Quelles conditions doivent être réunies pour que le Légionnaire puisse s’amarrer ? Par exemple, le vaisseau cible doit-il être immobilisé et ses boucliers neutralisés, ou le Légionnaire peut-il s’arrimer en plein vol ?

Les conditions sont les mêmes que celles de l’amarrage actuel de vaisseau à vaisseau, tel qu’il est pratiqué sur le Constellation et le Merlin. Les vaisseaux doivent donc être alignés et orientés correctement. Cela peut se faire à n’importe quelle vitesse, mais plus c’est lent, mieux c’est. La seule différence est que le Légionnaire peut passer outre le système d’autorisation d’amarrage habituellement contrôlé par le vaisseau cible.

Que se passe-t-il si le vaisseau cible fait un saut quantique alors que le Légionnaire est amarré ?

Le Légionnaire sautera quantiquement avec lui, comme tout vaisseau amarré à un autre.

Quelle est la portée prévue des capacités de piratage du Légionnaire ?

Cela reste à déterminer sur la base des tests, mais attendez-vous à ce qu’elle soit « relativement » proche ; quelques kilomètres, pas des dizaines ou des centaines.

Comment les joueurs peuvent-ils contrer les capacités de piratage du Légionnaire ?

Le mécanisme de piratage est conçu pour offrir un jeu aux deux parties (piratage et contre-piratage). Dans les cas où aucun autre joueur n’est présent (tentative d’abordage d’un vaisseau de PNJ ou scénarios non légionnaires tels que le piratage d’installations environnementales), le rôle de contre-piratage est joué par l’IA.

Anvil Legionnaire

Qu’est-ce qui peut être piraté sur le vaisseau cible ? Par exemple, pourrons-nous désactiver ou activer l’autodestruction, ouvrir et fermer les sas, et manipuler les propulseurs ?

Les systèmes du Légionnaire sont dédiés à la tâche spécifique et ciblée de neutraliser et de surmonter les systèmes de contrôle de l’amarrage et du trafic aérien du vaisseau cible, ce qui, dans l’univers, constitue un défi suffisant en soi. Ils ne sont pas en mesure de s’attaquer aux autres systèmes de commande du vaisseau cible.

Quelle taille de hangar et de plate-forme d’atterrissage le Légionnaire utilisera-t-il ? De même, pourra-t-il s’intégrer dans des vaisseaux capitaux comme le Polaris et l’Idris ?

Les dimensions du Légionnaire correspondent à ce que nous appelons un hangar/patin « XS », qui est la même classification que les vaisseaux monoplaces, de l’Arrow au Prospector.

Le Légionnaire peut-il également être utilisé contre des vaisseaux qui n’ont pas de sas, comme le Crusader Hercules ? Les points d’ancrage des tourelles sont-ils des points de passage alternatifs amarrables ?

Pour l’instant, nous ne nous engageons qu’à ce qu’il soit capable de percer les points d’entrée des sas dédiés, qu’ils soient petits ou grands. Nous aimerions que les tourelles habitées soient des points d’accès valables à l’avenir via les EVA, mais il n’est pas prévu pour le moment de permettre aux systèmes d’amarrage automatisés de s’y arrimer.

Le tunnel du port d’amarrage du Légionnaire offrira-t-il une couverture à l’équipe d’abordage ? Pourrons-nous déployer des barrières portables dans le collier d’amarrage pour les utiliser comme couverture ?

Des couvertures déployables sont intégrées au tunnel pour aider l’équipe d’abordage à atteindre la cible.

Anvil Legionnaire

Le Légionnaire dispose-t-il d’installations pour l’équipage (lits, rangements, cuisine, toilettes, etc.) ?

Non. Le vaisseau est conçu pour accomplir une mission et retourner à la base, et non pour rester dehors pendant de longues périodes.

Quel équipement peut être transporté pour l’équipe d’arraisonnement ? Par exemple, peut-il transporter des armes lourdes et des armures lourdes peuvent-elles être portées dans les sièges de saut ?

Il y a de la place à bord pour stocker des armes lourdes/spéciales et des armures lourdes. Nous travaillons avec le pilier « Core Gameplay » pour nous assurer que si les armures lourdes ne peuvent pas être portées dans les sièges (car tous les sièges n’auront pas cette restriction), elles seront placées à l’endroit le moins impactant pour permettre un équipement rapide avant l’embarquement.

Le Légionnaire dispose-t-il de mesures pour se cacher afin d’éviter une détection précoce ?

Non. Il n’y a pas de fonctionnalités dédiées à cet effet. Le Légionnaire compte sur ses boucliers et son armure pour atteindre sa cible.

Les mécanismes de piratage et d’embarquement sont-ils propres au Légionnaire ou seront-ils disponibles pour d’autres plateformes de guerre électronique ?

La combinaison du piratage et de l’embarquement fait partie de la configuration et du comportement par défaut du Légionnaire. Ainsi, si d’autres vaisseaux peuvent obtenir la capacité de piratage, ce sera au détriment d’autres rôles de guerre électronique contrôlés par des lames, alors que le Légionnaire l’a intégrée. Par exemple, vous pourriez « mettre à niveau » le Vanguard Sentinel pour qu’il prenne en charge le piratage de l’ATC, mais il vous faudrait ensuite sortir manuellement en EVA pour monter à bord.

Anvil Legionnaire

Quelle sera la maniabilité du Légionnaire par rapport au Cutlass Steel, au Prowler, au Vanguard Hoplite et au Valkyrie ?

Sa maniabilité sera la plus proche de celle du Cutlass Steel, mais au fur et à mesure que le vaisseau progressera dans son développement, nous l’ajusterons si nécessaire pour refléter son blindage beaucoup plus lourd.

Quel est le poids du blindage par rapport à d’autres vaisseaux, sachant qu’il peut être touché par des vaisseaux beaucoup plus grands en tant que vaisseau d’abordage ?

Il est conçu pour essuyer des tirs importants à l’approche, il est donc relativement lourdement blindé par rapport aux autres vaisseaux et beaucoup plus proche des autres vaisseaux Anvil comme le Terrapin.

Qui contrôle les tourelles et les boucliers lorsque le Légionnaire est en vol et à quai ?

Le copilote contrôle une tourelle ainsi que le système de piratage. Le pilote a l’autre tourelle asservie à sa vue et tous deux peuvent gérer les boucliers.

La mécanique d’abordage sera-t-elle possible avec un équipage de PNJ ou faudra-t-il de vrais joueurs ? Le Légionnaire pourra-t-il utiliser des lames pour augmenter sa puissance de piratage ou l’automatiser si un membre d’équipage n’est pas présent ?

Les copilotes des PNJ pourront jouer ce rôle si aucun humain n’est présent, car cela est nécessaire pour le jeu de contre-piratage sur les vaisseaux des PNJ.

Le vaisseau aura-t-il des « sièges à primes » ou des cellules spécialisées pour garder les ennemis capturés ?

Non. Il n’y a aucune fonctionnalité de ce type à bord du Légionnaire.

Auteur

Article précédentProgramme de la semaine du 30 mai 2022
Article suivantStar Citizen : rapport mensuel de mai 2022

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici